Now Reading
Le plan de réhabilitation des mares a enfin démarré

Le plan de réhabilitation des mares a enfin démarré

Avec plusieurs mois de retard (début escompté en juin à l’origine), ça y est, la réhabilitation des mares de la CCMG est enfin lancée. Les travaux ont commencé jeudi 1er septembre. Dans un premier temps, 12 mares vont être en chantier. En tout, l’objectif affiché est d’en réhabiliter 48.

Pour beaucoup, ce projet semblait déjà pris dans la gadoue avant d’avoir commencé à cause du décalage noté mais à la Communauté des Communes, on explique :  « c’est la première fois qu’un projet de réhabilitation de mares est porté sur les territoires des îles de Guadeloupe alors il a fallu apporter des précisions aux sociétés qui ont répondu aux appels d’offres. Le processus de sélection des premières mares à réhabiliter a aussi pris du temps ».

Bref, ce premier projet a naturellement essuyé les plâtres. Toutefois, il n’est pas à confondre avec un autre projet de la Région qui est passé en Commission Permanente et qui aborde également la réhabilitation des mares. Sur celui-ci, pas plus d’informations à ce stade.

Creuser en pleine période de pluies

via GIPHY

 

Du coup, ce sont les entreprises qui se retrouvent à travailler dans la boue mais Ange Zéby- Goba, le chef du pôle ingénierie de la CCMG affirme qu’elles ont le savoir-faire pour travailler dans ces conditions. « On profite de la saison des pluies pour faire en sorte qu’on les remplisse naturellement et que les agriculteurs aient des mares remplies d’eau à disposition », précise l’ingénieur.

 

Les premiers coups de pelle ont eu lieu. En témoignent ces clichés de trois premières mares actuellement en chantier à Houelche à Grand-Bourg, Calebassier à Capesterre et Saint-Charles à Saint-Louis. Douze mares devraient être achevées d’ici huit semaines.

Pour les 12 premières, la phase travaux équivaut à 260 000 euros essentiellement pris en charge par l’Office de l’eau (60%) et par le conseil départemental (40%). Les phases de suivi et d’exploitation seront financées par la CCMG. À rappeler que selon les chiffres du Conseil Départemental, il y aurait eu jusqu’à plusieurs centaines de mares exploitées à Marie-Galante.

Question à Ange Zéby-Goba, responsable du pôle ingénierie à la CCMG qui s’occupe des services d’eau et d’assainissement, d’éclairage public et réseaux divers, aménagement des bâtiments publics qui appartiennent à la CCMG, transport et direction du service portuaire.

Qu’entend-on précisément par réhabilitation des mares?

Ange Zéby-Goba : « On va creuser, imperméabiliser les mares existantes utilisées sur des parcelles publiques qui appartiennent soit aux communes soit au Département et l’objectif et d’en réhabiliter un maximum soit 48 mares. Il y a aussi un plan de gestion en cours de réalisation pour bien les entretenir et qu’elles ne s’assèchent pas après coup. Le but c’est d’y aménager des accès, des abreuvoirs, des pompes solaires, des clôtures pour les protéger contre les bovins qui y viennent s’abreuver. Un bovin qui vient s’abreuver dans une mare peut faire des dégâts en perçant le fond en piétinant ou se blesser lui-même quand la boue est sèche. Donc c’est vraiment faire en sorte que les mares soient belles et qu’elles le restent ».

Qu'est-ce que tu en penses ?!
D’accord
1
N’importe quoi!
0
Pas d’accord
1
Si i bon di i bon
5
Trop bien !
0
View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Haut de page

D’autres actualités sur nos réseaux...

Viendez viendez dans le monde Foufougong !

 

Facebook

 

Instagram

 

Youtube

 

Groupe Whatsapp OTIVIM

Ceci fermera dans 0 secondes

D’autres actualités sur nos réseaux...

Viendez viendez dans le monde Foufougong !

 

Facebook

 

Instagram

 

Youtube

 

Groupe Whatsapp OTIVIM

Ceci fermera dans 0 secondes